Féminismes/économie féministe

L’économie féministe (EF) est un courant de pensée critique qui cherche à rendre visible les dimensions de genre de la dynamique économique.

L’analyse économique réalisée par la EF se fonde sur une définition large de l’économie et fait du rôle du travail domestique et des soins l’une des questions centrales de son discours. A partir de là, on construit un cadre théorique capable de remettre en question le capitalisme et l’hétéropatriarcat et de faire des propositions alternatives qui s’opposent au système mercantiliste qui se concentre uniquement sur les relations de production monétisées, en oubliant le reste des relations qui sont pourtant cruciales pour le développement de la vie.

La EF a construit des critiques et des réflexions dans tous les domaines thématiques de l’économie et en relation avec les différentes écoles de pensée, en faisant une critique particulière de la théorie néoclassique. Parmi les contributions fondamentales qu’elle a apportées, citons la refonte du concept de travail et du rôle des soins et de la division sexuelle du travail.

La EF affirme que le principal objectif économique de la société est la durabilité de la vie. Cela implique de postuler l’existence de besoins de soins et d’affection qui ne sont pas présents sur le marché, axe central des relations économiques et de production du système capitaliste, et que, par conséquent, tous les besoins ne peuvent être couverts par des ressources matérielles (monétisées).

L’économie féministe et l’économie sociale et solidaire (ESS) partagent un intérêt pour placer la vie au centre de l’économie. L’économie féministe souligne également qu’il n’est pas possible d’avancer vers la durabilité de la vie sans bouleverser le système économique, c’est-à-dire en repensant nos activités depuis le domaine des soins et en introduisant des changements qui, dans une perspective de genre, corrigent les inégalités du système dans lequel nous vivons, depuis les institutions publiques jusqu’à la sphère privée, en passant par les organisations et les entreprises de l’économie sociale et solidaire.

L’ESS doit se positionner dans tous ces débats et contribuer au projet féministe de construction de sociétés non sexistes et non patriarcales parce qu’aucune proposition alternative ne peut être construite sans transformer les relations de pouvoir et d’inégalité entre les femmes et les hommes et parce que la meilleure façon de rompre avec la logique capitaliste est de retrouver l’importance des corps, de l’affection et des soins.

Il existe de nombreux domaines dans lesquels nous pouvons et devons travailler pour le déploiement d’une économie solidaire et féministe ; depuis le domaine des politiques publiques ; depuis l’intégration de la perspective féministe au sein de nos organisations et de nos projets ; depuis la génération d’alliances avec le mouvement féministe, etc.

L’articulation conjointe de la vision féministe et de la vision solidaire est donc l’un des défis à relever pour renforcer, à terme, les pratiques des organisations et entités de l’ESS à partir des contributions et perspectives féministes, afin d’accroître leur capacité de transformation.

15 publications

12 Vidéos

4 outils pédagogiques

17 études de cas

45 Documents d’analyse/working papers/articles

Une charte/manifeste

Une note de lecture

10 interventions publiques

14 articles

Une initiative RIPESS & Covid